Territoire Apprenant Contributif (TAC) en Seine Saint-Denis

En quelques années, le programme Territoire Apprenant Contributif (TAC), en Seine Saint-Denis, s’est décliné en différents projets :

  • Une clinique pour étudier et soigner les effets des écrans sur les enfants et nourrissons
  • un dispositif numérique permettant aux habitants de s’approprier les transformations urbaines liées aux Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024
  • une filière basée sur les pratiques agricoles et alimentaires informelles
  • un atelier mécanique de reconditionnement des voitures thermiques en voitures électriques …

 

… Le TAC est une réponse imaginée pour répondre à deux problématiques urgentes pour l’économie :

  1. La première est la baisse structurelle de l’emploi liée à l’automatisation du travail. En effet, en 2013 et en 2015, deux études successives d’Oxford et du MIT estimaient qu’une large proportion des emplois en France et aux États-Unis est automatisable. Ce sont 50% des emplois français et 47% des emplois américains. « Nous avons pris ces chiffres très au sérieux. Les fourchettes de baisse d’emploi sont fixées pour la France à 16,6% dans les 20 ans à venir selon l’OCDE. Et c’est une situation mondiale qui n’est pas du tout spécifique à la France. » En cause : la robotisation du travail ouvrier, l’analyse par le big data, la prise de décisions par des algorithmes… Ce premier constat est cinglant. « Si l’emploi diminue fortement il faut redistribuer autrement que par l’emploi, parce que sinon les marchés ne seront plus solvables. »
  2. Le deuxième est l’anthropocène. Autrement dit, l’incidence significative des activités humaines sur les écosystèmes terrestres et toutes les perturbations qui y sont liées (dérèglements climatiques, pollution, chute de la biodiversité…).

(lire l’article sur le site demainlaville)

Liens :